C'est avec tristesse que nous avons reçu ce communiqué émanant du HAC :

"Il fut l’une des grandes figures du HAC dans les années 50 et même s’il ne participa pas à la finale de Coupe de France de 1959, il fut l’un des grands artisans d’une saison historique : accession en première division couplée d’une victoire en coupe nationale.

Né à Villa Mugueta en Argentine en 1929, après une carrière dans son pays natal, notamment pour les clubs de Rosario Central et de Fero, il porta les couleurs Ciel et Marine entre 1953 et 1955. Après une escale à l’US Toulouse entre 1955 et 1958, club avec lequel il remporta également la Coupe de France, il signa son retour au HAC entre 1958 et 1960.

Avec 69 buts à son actif, celui qu’on surnommait « Tête d’Or », pour son incroyable jeu aérien, reste l’un des attaquants les plus prolifiques de l’histoire du club. Véritable vedette auprès du public havrais, Eduardo Di Loreto fut également nommé entraîneur du club pendant une saison, 1962-1963.

Eduardo Di Loreto s’est éteint subitement à la suite d’un malaise cardiaque le mois passé, en Argentine, son pays natal qu’il avait rejoint au milieu des années 60.

C’est avec un grand chagrin que le HAC a appris cette triste nouvelle et c’est tout un club qui souhaite apporter son soutien à la famille d’Eduardo Di Loreto, icône Ciel et Marine de la longue histoire du club.

Une minute de silence sera observée, en sa mémoire, avant la rencontre HAC – EA Guingamp, lundi 29 mars, à 20h45."

Nous, qui n'avons pas connu ce joueur durant sa carrière, sommes cependant tout aussi touchés par la disparition de ce héros ciel et marine.

Dans le nouveau magazine de la Fédé des supporters du HAC, Tribune kop, qui paraîtra lundi, vous pourrez justement retrouver un article évoquant l'épopée havraise de 1959.