KOP CIEL ET MARINE 84

19 mai 2017

Impressions crépuscule de saison

Ce vendredi aura lieu le dernier match de la saison 2016-2017. Une saison tout autre que celle imaginée il y a un an. Une saison que l'on dira à oublier mais dont il faudra au contraire se souvenir.

Entre déceptions sportives et extrasportives, s'appuyer sur cet exercice sera en effet nécessaire. Pour appréhender les raisons de l'échec. Pour ne surtout pas commettre les mêmes erreurs. En espérant qu'à tous les niveaux du club on reconnaisse la déconvenue et que l'on ait cette capacité à dresser la liste des approximations, des incongruités, des maladresses y ayant conduit.

La palette de nos impressions est, comme celle de nos émotions, infinie. Une impression de gâchis, de confusion, de défection, de lassitude, d'indifférence, selon que l'on se place dans le rôle des dirigeants, du staff, des joueurs, des supporters, des spectateurs (chaque costume et chaque émotion étant évidemment transposables de l'un à l'autre !).

A l'heure où Claude Monet dressait son chevalet sur le port du Havre et, dans la plus grande indifférence, donnait naissance à l'un des plus célèbres mouvements picturaux, les aïeux de nos Hacmen tapaient dans leurs premiers ballons sur un terrain vague non loin de là, eux aussi devant le plus total détachement de la population. Etrange parallèle... 145 ans plus tard, "Impression soleil levant", tout auréolé de l'effervescence - négative au début - qu'il a suscitée, reviendra cet automne dans sa ville natale pour les 500 ans de notre Havre. 145 ans plus tard, le football, arrivé en France par ce même Havre, est le sport le plus populaire du pays.

Mais qu'en est-il du club qui l'a porté ?

Notre impression d'indifférence est réelle (qui parle encore du HAC en ville ?). L'espoir suscité il y a un an est retombé comme un soufflé. Et on en vient aux raisons, aux possibles explications vues depuis notre tribune Kop. Des raisons sportives, avec un recrutement finalement modeste. La grande satisfaction est Yohann Thuram, gardien remplaçant à la présence rassurante et assurée, et dont le talent a certainement poussé Fabien Farnolle à devenir encore meilleur (l'addition des compétences...). Ferhat et Bese ? Deux bonnes pioches, mais certainement le temps d'adaptation du premier a-t-il été sousestimé, y compris par nous, supporters, qui attendions énormément de lui. Quant aux autres (Dembélé, Tissoudali, Salles-Lamonge, Mohamed, tous avec des histoires et des profils différents), leur temps de jeu fut famélique voire inexistant. Ah oui, on en oublie un, et un bon : Victor Lekhal ! Car n'oublions pas qu'il revenait d'un prêt. Délaissé par Bob Bradley, le jeune Fécampois reçut vite la confiance d'Oswald Tanchot et le certain renouveau havrais - après cet abysse de deux mois et demi de novembre à fin janvier - apparut entre autres grâce à sa titularisation. Alors voilà l'incongruité : comment est-il possible que ce bézot made in Cavée, talentueux et qui plus est attaché à son club, n'ait signé sa prolongation de contrat qu'hier, après tant de mois de négociations ? Qu'il demande une revalorisation salariale n'est pas dissonant à nos yeux. Faire les efforts sur les gens le méritant, voilà qui parait sensé ! La compétence a un prix, en football comme dans tout domaine.

Les joueurs, les cibles principales de tous. Logique, puisqu'ils sont en première ligne. Ce sont eux qui ont regardé les Tourangeaux leur marquer deux buts en décembre dernier, eux qui ont encaissé cinq face à Châteauroux, eux qui n'ont gagné que 28 % de leurs duels face aux Amiénois il y a un mois. Ils portent assurément une grosse part de responsabilité dans l'échec de cette saison.  Ce sont eux aussi qui ont vu leur patron partir en octobre avec l'assentiment du club après avoir lu et entendu des rumeurs depuis l'été. Négligeable ? Peut-être pas tant que ça. Même s'il est certain que quelques uns n'ont pas eu la bonne attitude et il est étonnant de voir comment, dès la fin du mercato hivernal, l'équipe s'est remise dans le droit chemin. Encore une impression de confusion, et que tout le monde ne tirait pas le même sens, en tout cas pas celui du but.

Impression ou réalité, le HAC donne l'image d'un gigantesque capharnaüm : annonce de la construction d'un hôtel (quelle utilité ?), mise en place d'une grosse structure féminine avec la venue de joueuses américaines logées, nourries, et intégrées au club (pourquoi pas, mais le budget ainsi alloué ne viendra-t-il pas croquer celui des pros ?), recherche toujours en cours d'un directeur de la formation alors que nous sommes presque fin mai. Et comment oser recevoir la candidature de Nobilo alors que l'on sait pertinemment que cet ex-entraîneur du HAC ne serait pas le bienvenu pour nombre de salariés et de supporters ? Enfin, nous, on le sait. Problème de communication, de culture, d'écoute, de consultation ?

Comme Monet avec ses pinceaux, il ne suffit pas de gribouiller pour réaliser un chef d'oeuvre. Le club n'est certes pas en danger, il le fut à une autre époque heureusement révolue. Vincent Volpe apprend ce monde parfois chaotique du football, celui que l'on ne gère pas, malgré tout ce qui a pu être affirmé, comme une entreprise. La glorieuse incertitude du sport, les détails semblant insignifiants mais qui décideront du sort d'une saison, ce qui ne se monnaie pas, ce qui ne se quantifie pas, comme l'amour du maillot, ou l'attachement d'une population à son club. Comme le principe immuable que toute réussite globale passe par celle de sa vitrine, l'équipe fanion, et qu'il faut pour cela mettre tous les moyens financiers et humains nécessaires.

Il serait inconvenant d'achever cette petite chronique sans évoquer un départ qui nous attriste au plus haut point, voire même nous inquiète : celui d'Alain Caldarella. Directeur général du stade depuis cinq ans, Alain fut l'interlocuteur principal des groupes de supporters. Sa disponibilité, sa connaissance du milieu supporters, son intelligence nous ont facilité la vie, l'ambiance au stade Océane, l'organisation des déplacements et diverses manifestations. Quelle autre citation que celle-ci, de Galilée, pouvait lui seoir : "L'autorité d'un seul homme compétent, qui donne de bonnes raisons et des preuves certaines, vaut mieux que le consentement unanime de ceux qui n'y comprennent rien". Comme dirait le Premier ministre, bon vent, Alain.

HAC - Nîmes 05

Il y avait du monde et de l'enthousiasme. C'était le 5 août pour le premier match à domicile.

 

Posté par oliviakcm84 à 00:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17 mai 2017

Farnolle joueur de la saison

C'est sans surprise que Fabien Farnolle a remporté haut la main le trophée KCM de joueur de la saison. Il aurait à nos yeux mérité également celui de l'UNFP, mais... Bref, nous lui avons remis le nôtre, sous les yeux de Yohann Thuram, présent pour le trophée de meilleur joueur du mois d'avril. Un beau plateau de deux grands gardiens avec qui, de plus, il est facile de discuter. Et il y en avait, des choses à dire !

Pot KCM Fabien Farnolle et Yohann Thuram 16

Posté par oliviakcm84 à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 mai 2017

VIDE-GRENIERS

On partage, on fait tourner, on inscrit des exposants et/ou on donne un coup de main à l'organisation !

Vide-greniers KCM affiche juin 2017-page-001

Posté par oliviakcm84 à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 avril 2017

HAC c'était bien !

Lundi 24 avril 2017, L2, 34e j. : HAC - Lens : 1 - 0 (1 - 0)

Le HAC et son double visage, Jean qui rit, Jean qui pleure, cette saison en hauts et bas, cette exaspérante capacité à passer d'une catastrophique prestation à Amiens à un match solide et abouti face à Lens... Lundi soir, et aux antipodes de sa triste performance picarde, les Ciel et Marine furent à la hauteur de tout ce qu'on était en droit d'attendre d'eux : de l'envie, du caractère, du talent. Et, pour ponctuer le tout, un but signé Zinedine Ferhat concluant une très belle action menée avec Alexandre Bonnet (27e)

Dans une ambiance enthousiaste au sein de laquelle se mêlèrent les décibels havrais et lensois, on assista à un agréable match de L2 et donc à cette victoire des Ciel et Marine méritée : la maîtrise fut normande, la plupart des occasions aussi, même si Bonnet et Moukoudi furent amenés à sauver leur camp.

Moukoudi, parlons de lui. On l'attendait depuis longtemps, il a répondu présent pour cette première titularisation, mettant le grand Habibou sous l'éteignoir, se comportant parfois comme un vrai patron (on l'a vu donner du geste et de la voix) au sein de ce qui est toujours la meilleure défense de L2 (au passage, 15e clean sheet pour le HAC cette saison !). Avec ce grand gaillard de 19 ans, le HAC a de l'avenir, si évidemment, le gaillard en question reste sérieux, posé, et travailleur. Mais pour cela, faisons-lui confiance.

Demain, ce sera dans l'antre de la Meinau qu'il faudra s'imposer. Le HAC, qui devra composer avec les absences de Victor Lekhal (opéré en urgence aujourd'hui de l'appendicite) et d'Alimami Gory (blessé lundi au mollet), se rendra sans pression chez des Strasbourgeois survoltés et dont le stade sera probablement à guichets fermés. Voilà un joli challenge à relever pour les Ciel et Marine : tenir tête au leader alsacien dans un environnement déchaîné ! Havrais, à vous de jouer !

 

HAC - Lens 24

HAC - Lens 24

Alex Bonnet, Harold Moukoudi, Alimami Gory

HAC - Lens 24

Bradley Danger à l'échauffement, même s'il n'était finalement que le 17e homme. Mais on le reverra certainement. Il sera en tout cas sur le banc demain soir.

HAC - Lens 24

Issam Chebake et le tout jeune Teddy Lia Okou

HAC - Lens 24

Une minute de silence en hommage au policier tué sur les Champs-Elysées

HAC - Lens 24

Nathaël Julan

HAC - Lens 24

Pas mal d'ambiance

HAC - Lens 24

Harold Moukoudi

HAC - Lens 24

Ah, ces Nordistes, toujours prêts à faire la fête...

HAC - Lens 24

Alexandre Bonnet et Zinedine Ferhat

HAC - Lens 24

Beaucoup de duels disputés par Nathaël Julan

HAC - Lens 24

Au centre, Barnabas Bese

HAC - Lens 24

Issam Chebake

HAC - Lens 24

Alex Bonnet

HAC - Lens 24

Harold "Très Bien" Moukoudi et Victor Lekhal

HAC - Lens 24

 

Posté par oliviakcm84 à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 avril 2017

Tongs à crampons

Vendredi 14 avril 2017, L2, 33e j. : Amiens - HAC : 2 - 0 (1 - 0)

C’est beau une ville la nuit écrivait Bohringer. Cela a un certain charme, Amiens, mêlant une histoire gallo-romaine à une reconstruction moderne, de Samarobriva à l’immense tour Perret, en passant par la magnifique cathédrale gothique et les mystérieux hortillonnages. On ne sait si nos Hacmen avaient feuilleté le guide vert Michelin dédié à la Somme mais ils avaient visiblement choisi la capitale de l’ex-Picardie comme étape de soirée. Pas très ensoleillée, sans coquillages ni crustacés, mais les doigts de pied en éventail, ce qui n’est, convenons-en, pas du plus pratique pour enfiler des chaussures à crampons.

Parce que nos Ciel et Marine (en rose et gris, ça suffit aussi, cela, ce n’est plus maintenant qu’on vendra ces maillots !) ont donné la forte impression hier qu’ils étaient en vacances un bon mois avant la date, comme l’a souligné en conférence de presse un Oswald Tanchot dont la verve n’avait d’égal que la lucidité. Au bal de cette rencontre, suffisance et apathie s’étaient invitées dans un stade de la Licorne bien mal en point faute d’entretien – au point qu’en payant chacun 10 € au lieu des 5 généralement observés en L2 pour accéder au parcage, les quelque 200 supporters havrais présents ont eu l’impression de participer activement aux travaux de rénovation -, et face à une équipe d’Amiens solide et motivée, les Hacmen sont restés au bar, regardant Manzala et ses copains mener la danse dès la 4e minute avec l'ouverture du score via une tête de Monconduit mal dégagée. On nota deux réactions havraises en première période puis plus rien, le trou noir, le vide intersidéral devant des supporters havrais eux sidérés mais qui firent leur boulot jusqu’au bout. 90 minutes et un énorme Thuram plus tard – il repoussa même un penalty -, les joueurs havrais rentraient donc au vestiaire avec une nouvelle défaite, 2 à 0, puisque Harrison Manzala, auteur d’un grand match, avait doublé la mise à la 55e, suite à un joli numéro sur son côté gauche. Un but qu’il ne célébra pas. La classe.

Une classe que les Havrais n’avaient pas hier soir. Pourtant, on ne leur en demandait pas tant, juste donner, travailler, respecter. Hier, le HAC n’a pas été à la hauteur de ces exigences pourtant bien légitimes. Ni dans le maniement du ballon, ni surtout dans l’envie. Inadmissible. L’institution HAC est au-dessus des ambitions et du bon vouloir de chacun. Malgré les soubresauts de cette saison décevante, certains ne l'ont visiblement toujours pas compris.

Amiens - HAC 14

Amiens - HAC 14

Harrison Manzala

Amiens - HAC 14

Zinedine Ferhat

Amiens - HAC 14

Jean-Pascal Fontaine

Amiens - HAC 14

Alexandre Bonnet et Ferland Mendy

Amiens - HAC 14

Eh oui, on en est là... A quand un message sur écran pour vous dire d'aller pisser ?

 

 

Posté par oliviakcm84 à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 avril 2017

Dernière ligne droite...

Vendredi 7 avril 2017, L2, 32e j. : HAC - Laval : 2 - 0 (0 - 0)

On vous avait prévenus : il aura fallu de la patience pour que cette victoire se dessine enfin. Devant une lanterne rouge qui était visiblement venue pour rapporter quelque chose de son voyage en Normandie, les Hacmen ont connu une première période difficile durant laquelle ils ne se montrèrent ni inspirés ni tranchants, si ce n’est en tout début et en toute fin de mi-temps. Heureusement, après la pause, on vit plus de mouvement et de justesse, justesse symbolisée par ce coup franc de Ferhat parfait pour la tête rageuse et victorieuse d’un Bese de retour dans la peau d’un titulaire (68e). L'international hongrois pouvait exulter, fêtant ainsi son premier but sous les couleurs ciel et marine. Et en fin de rencontre, alors que le quatrième arbitre venait d’annoncer six minutes d’arrêt de jeu (!), le grand Nathaël Julan, suite à un fort pressing du tout jeune Harold Moukoudi, allait enrhumer la défense mayennaise et, comme à l’aller, crucifier Cappone d’un ballon piqué. Devant un kop peu fourni mais qui a démontré beaucoup d’enthousiasme, il pouvait aller saluer (et faire se retourner quelques vestes appartenant aux impatients convaincus de leur jugement et de leur science footballistique) et se faire acclamer. Au passage, notons que le HAC a terminé la rencontre avec six bézots made in Cavée dans ses rangs : Fontaine (bon, ce n’est plus un bézot en âge mais il reste LE bézot, avec presque 17 ans de club !), Mendy, Lekhal, Gory, Julan et Moukoudi. L’avenir n’est pas si sombre, non ? La formation havraise, voici un socle bien ancré sur lequel on peut bâtir.

Le HAC compte toujours 9 points de retard sur le troisième, Strasbourg, et ce à 6 journées de la fin. Il reste cependant quelques petites choses à aller chercher. Le titre de meilleure défense, par exemple, est à la portée des Ciel et Marine puisque avec 26 buts encaissés ils occupent la première place de ce classement. C'est évidemment honorifique et fera peut-être rire certains. Mais là aussi on peut bâtir à partir des qualités déjà établies. Et puisque cette saison est loin d'avoir comblé nos espérances (pourtant légitimes), qu'au moins les joueurs se fassent plaisir et nous en donnent au passage pour ces six dernières journées. 

Demain, à Amiens, contre l'équipe de l'ami Harrison Manzala, et devant, on l'espère, de nombreux supporters havrais, les Hacmen auront au moins l'occasion de se rapprocher d'une place un peu plus honorable. On leur fait confiance pour nous sortir une prestation de qualité.

 

HAC - Laval 07

Au centre, Victor Lekhal

HAC - Laval 07

Jean-Pascal Fontaine

HAC - Laval 07

Alexandre Bonnet et Zinedine Ferhat

HAC - Laval 07

Barnabas Bese et l'ancien Hacman Hassane Alla

HAC - Laval 07

Ferland Mendy

HAC - Laval 07

Alimami Gory

HAC - Laval 07

Ghislain Gimbert

HAC - Laval 07

HAC - Laval 07

Nathaël Julan fêté par ses coéquipiers

HAC - Laval 07

A droite : Harold Moukoudi

HAC - Laval 07

Alimami Gory

HAC - Laval 07

HAC - Laval 07

Au premier plan, Ferland Mendy, et derrière lui Nathaël Julan, Thomas Ayasse, Harold Moukoudi, Yohann Thuram

Posté par oliviakcm84 à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 avril 2017

Plaisir(s) de stade

Vendredi 31 mars 2017, L2, 31e j. : HAC - Reims : 1 - 1 (1 - 0)

Il n'est pas forcément évident de faire le CR d'un match six jours après celui-ci... Pas le temps ou pas d'inspiration, on se laisse déborder et les heures passent si vite qu'en un tournemain on se retrouve à la veille d'un autre match, nous obligeant à nous astreindre à la tâche sur-le-champ. Et à nous remémorer les moments, les sensations, les joies et les malheurs.

Par chance, il y eut de l'émotion sur ce fameux HAC - Reims. D'abord celle provoquée par ce coup franc de Ferhat venant heurter le poteau. Puis ce joli but de Gimbert de la tête sur un corner du même Ferhat (17e). Et, globalement, un bon match havrais, un bon match de football qui, malgré l'égalisation rémoise à dix minutes de la fin par ce diable de Chavarria, apporta des sourires sur les visages des spectateurs à la sortie des tribunes. Des sourires s'élargissant à l'évocation du "show Farnolle". Car le gardien ciel et marine fut énorme. Géant. Extraordinaire. Les médias ont comptabilisé seize arrêts, dont certains soulevèrent des exclamations d'admiration puis des acclamations. Du "Fabulous Fab" de très haut niveau, sachant qu'en plus notre gardien s'était blessé en début de match. Un vrai bon moment, le Rémois Carrasso sortant lui aussi (mais moins souvent !) le grand jeu.

Demain soir, face à Laval, l'immense Fabien ne pourra réitérer sa belle performance, ce fameux genou touché en début de rencontre le forçant à ranger les gants pendant quelque temps, voire même peut-être jusqu'à la fin du championnat. Place donc à Yohann Thuram qui aura l'occasion de mettre en exergue ses qualités. Nous ne sommes pas inquiets à ce sujet, le garçon est talentueux et bénéficie a priori d'une réelle aura au sein du groupe.  Cependant, sachant que le nom de Farnolle circule en Ligue 1, nous espérons que le match de la semaine passée n'était pas son dernier sous nos couleurs... En attendant, le KCM l'a encore élu meilleur joueur du mois (mars, cette fois) et il est un candidat plus que sérieux au titre de joueur de l'année...

Laval sera donc l'adversaire du jour. Lanterne rouge, l'équipe de l'ancien Hacman Hassane Alla n'a sans doute pas encore rendu les armes et il faut s'attendre à un match disputé, âpre, dans lequel les Ciel et Marine devront faire preuve de caractère, de talent, et peut-être de patience pour s'imposer et, en plus de se faire plaisir, faire plaisir au public, aux fidèles qui seront là demain et préfèreront les travées du stade Océane aux transats de la plage (d'ailleurs, rien n'empêche de passer la troisième mi-temps en bord de mer !). On ne parle plus d'objectif, de L1, car en effet l'espoir s'est réduit ces dernières semaines comme peau de chagrin, on parle d'assister à un bon match de foot en famille ou entre copains, de le vivre, d'encourager l'équipe de sa ville, de voir évoluer entre autres quelques jeunes Havrais ou de la région formés à la Cavée, d'être fier d'eux, de leur parcours. C'est ça, le vrai foot ! Qu'y a-t-il de plus fort que l'émotion d'un stade  ? Qu'y a-t-il de plus intense que célébrer le but, la victoire, le beau geste ? Alors rendez-vous 20h au stade Océane.

 

HAC - Reims 31

Teddy Lia, U19 convoqué pour la première fois par Oswald Tanchot, même s'il ne fut finalement que 17e homme

HAC - Reims 31

HAC - Reims 31

Nathaël Julan

HAC - Reims 31

HAC - Reims 31

HAC - Reims 31

Le coup franc de Ferhat sur le poteau

HAC - Reims 31

Le barbu en rouge, c'est Antoine Devaux, ancien Hacman !

HAC - Reims 31

Le buteur, Ghislain Gimbert

HAC - Reims 31

Victor Lekhal

HAC - Reims 31

HAC - Reims 31

Fabien Farnolle félicité par Carrasso

HAC - Reims 31

Posté par oliviakcm84 à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

11 mars 2017

Sale soirée

Vendredi 10 mars 2017, L2, 29e j. : HAC - Clermont-Ferrand : 0 - 1 (0 - 0)

Une soirée qu’on aurait souhaitée totalement sortie d'une imagination amère et sordide tellement elle fut difficile… Mais elle fut malheureusement bien réelle. Le HAC se révéla certes dominateur d’un bout à l’autre du match, se créant moult occasions, notamment en seconde période, mais péchant par maladresse dans le dernier ou l’avant-dernier geste. Et quand l’action était parfaite, c'était le gardien clermontois ou un défenseur qui sauvait sur la ligne… Les Havrais auraient dû conclure sur l’un de leurs temps forts, comme lors de ces trois occasions consécutives de la 60e à la 61e par Ferhat, Gimbert et Gory, lequel au passage réalisa une fort belle prestation et eut droit, lors de sa sortie, à de premières acclamations tout à fait méritées. Ferhat, Bonnet, Mendy eurent encore au bout du pied l'ouverture du score, cependant sans succès.

On pensait bien que cette rencontre finirait par tourner en faveur des Ciel et Marine, que ces fameux filets auvergnats enfin trembleraient. Ç’aurait peut-être été le cas sans la sortie de Steven Fortes, sans cette image de la jambe de travers après un choc sur un tacle. Tout de suite, Fabien Farnolle agita les bras, alertant le banc havrais et les brancardiers entrèrent sur la pelouse. De longues et angoissantes minutes s'écoulèrent… Le grand n° 18 havrais, appuyé sur des béquilles, nous expliqua environ une heure après le match qu’il avait senti son genou se déboîter et se remettre en place tout seul. Les examens en diront plus mais on peut craindre une longue absence de Fortes, fort préjudiciable au HAC car le longiligne défenseur revenait à son meilleur niveau.

Cette grave sortie déstabilisa terriblement l’équipe havraise et, dix minutes plus tard, Chebake faucha un Clermontois, pourtant excentré, dans la surface havraise. M. Stinat, pas très inspiré hier, n’avait d’autre issue que d'accorder le penalty s'imposant. Dugimont prenait Farnolle à contrepied. Pratiquement le hold-up parfait.

Le HAC aussi aurait dû obtenir peu après un penalty (le premier de la saison !) pour un tirage de maillot flagrant sur Gimbert. Mais là, M. Stinat manqua fortement de lucidité…

Les trois coups de sifflets vinrent donc ponctuer une bien pénible soirée… Au classement, le HAC retombe à la 10e place, à 10 points des deux leaders, Reims et Brest, à 7 points du troisième, Lens, qui recevra Sochaux lundi. On compte sur les Ciel et Marine pour ne pas terminer la saison en roue libre et faire honneur à leur maillot comme ils le font près de deux mois après s'être remis dans un droit chemin dont certains s'étaient écartés à un moment. En compétiteurs qu’ils sont, ils auront neuf défis à relever pour amasser un maximum de victoires qu'ils pourront dédier à leur coéquipier blessé.

HAC - Clermont 10

HAC - Clermont 10

HAC - Clermont 10

HAC - Clermont 10

HAC - Clermont 10

Alexandre Bonnet

HAC - Clermont 10

Ferland Mendy

HAC - Clermont 10

Ghislain Gimbert

HAC - Clermont 10

Alimami Gory

HAC - Clermont 10

Jean-Pascal Fontaine

HAC - Clermont 10

Ebenezer Assifuah

 

Posté par oliviakcm84 à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 février 2017

Victoire logique

Vendredi 24 février 2017, L2, 27e j. : HAC - Auxerre : 1 - 0 (0 - 0)

Oui, ils ne l'ont pas volée, nos Havrais, cette victoire, même si ce ne fut que par la plus petite des marges et que ce succès se dessina surtout en seconde période. La première, si elle vit les Havrais posséder très nettement la balle et dominer leur sujet, n'offrit pas une large palette d'occasions, même si Julan, Fortes, Fontaine et Chebake s'essayèrent tour à tour à faire trembler les filets mais se montrèrent maladroits ou tombèrent sur un portier auxerrois en forme...

Evidemment, ce portier auxerrois avait à coeur de briller... chez lui. Parce que Le Havre, c'est chez Zacharie Boucher et que l'on est toujours troublé de le voir apparaître sur le terrain sous d'autres couleurs que les nôtres. Le fils préféré, le "bézot de la Cavée", comme il se définit lui-même, acclamé par le public lors de son arrivée devant le kop en début en seconde période, a donc fait étalage de son talent, prise de balle sûre sur les corners, vigilance sur la frappe détournée de Nathaël Julan (17e), sur celle d'Issam Chebake (45e), ou détente miraculeuse sur un magnifique coup de canon de son ami Jean-Pascal Fontaine (72e).

Mais il n'a rien pu faire sur l'inspiration de Ghislain Gimbert, cette demi-volée excentrée qui fit se lever le stade (51e) ! Entré en jeu à la mi-temps suite à un changement tactique entraîné par la blessure de Thomas Ayasse, Gimbert, absent de l'équipe depuis trois semaines après de gros soucis familiaux, s'imposa tout de suite dans ce match, déboulant comme un diable de sa boîte, et fut donc vite récompensé. On le vit ensuite dans tous les bons coups. Cette seconde période fut donc bien plus riche en mouvements, les Auxerrois, plutôt frileux jusqu'au but, se trouvant dès lors dans l'obligation de se montrer quelque peu. Ce qui donna l'occasion à un autre remplaçant de briller. Fabien Farnolle, s'étant blessé à l'échauffement, tint la première période mais fut contraint de renoncer à la pause, laissant Yohann Thuram à sa place. Et celui-ci s'illustra magistralement, réalisant deux superbes parades devant Courtet (79e) puis Ba (81e). Thuram, performant à chacune de ses apparitions et dont tout le monde loue l'état d'esprit exemplaire, méritait bien lui aussi son ovation. Le HAC signe ainsi une victoire d'importance, s'éloignant de la zone rouge, rejoignant la dixième place, à six points du podium.

Une victoire que notre mamie, Marie-Noëlle, aurait appréciée. L'hommage lui ayant été rendu durant l'échauffement, la photo sur les écrans géants, le petit texte dit par Pierre, le speaker, les applaudissements du stade, ceux des joueurs aussi, la rose déposée par deux de ses petits-fils, tout cela toucha énormément ceux qui l'ont connue et aimée. Et, noble coeur, l'ami Zack vint offrir son maillot à la fin du match pour qu'il soit remis à Ti-Claude, le mari de Marie-Noëlle. Merci.

 

HAC - Auxerre 24

Hommage à notre mamie (photo de Ludovic Ancel, merci à lui)

HAC - Auxerre 24

HAC - Auxerre 24

HAC - Auxerre 24

HAC - Auxerre 24

Ferland Mendy

HAC - Auxerre 24

Zack Boucher dans son vrai jardin

HAC - Auxerre 24

Nathaël Julan

HAC - Auxerre 24

Steven Fortes, Alimami Gory, Ghislain Gimbert

HAC - Auxerre 24

Victor Lekhal

HAC - Auxerre 24

Nathaël Julan

HAC - Auxerre 24

Dénys Bain

HAC - Auxerre 24

Alexandre Bonnet

HAC - Auxerre 24

Victor Lekhal et Issam Chebake

Posté par oliviakcm84 à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 février 2017

Cruelle défaite

Samedi 18 février 2017, L2, 26e j. : Brest - HAC : 2 - 0 (1 - 0)

Qu'elle est cruelle, cette défaite à Brest ! Illogique, rageante, tellement le HAC a dominé les débats, tellement le HAC a joué, pressé, mis en danger Hartock, le portier breton. Chez le leader incontesté du championnat, les Havrais ont laissé des regrets mais ont rendus fiers le (trop) peu de supporters en parcage visiteurs (nous étions cinq, seulement, à être venus du Havre, les cinq autres fans havrais présents habitant dans la région brestoise).

Sous un ciel bleu azur, une fois n'est pas coutume, ce sont bien les Ciel et Marine (évoluant encore en noir !) qui ont posé le jeu et eu la mainmise sur le match. Au fil d'actions parfaitement maîtrisées, ils eurent plusieurs fois au bout du pied une ouverture du score qui aurait été méritée. Mais l'efficacité ne fut pas au rendez-vous. Et, comme c'est souvent le cas pour un leader, ce fut Brest qui ouvrit le score sur sa première véritable incursion dans le camp havrais. Un centre trop facile et fuyant, Thomas Ayasse qui se jette pour couper sous la menace de Battocchio, et le ballon finit au fond des filets de Fabien Farnolle. Malheureux les Havrais, mais l'équipe ne baissa pas pour autant les bras, continuant sur le même rythme, avec les mêmes intentions de jeu, pressant toujours haut. Une leçon de football ! Mais seule la victoire est belle et lorsqu'à l'entame du dernier quart d'heure les Hacmen baissèrent le pied, les Brestois inscrivirent sur une frappe au ras du poteau leur second but et soldèrent le résultat. Rageant pour des Havrais absolument pas récompensés...

C'est certes une défaite de plus, une défaite qui cale le HAC à la 12e place du classement, bien loin de nos espérances. Mais l'équipe est sur la bonne voie : en continuant de jouer ainsi, il y aura forcément des jours meilleurs. Vendredi, l'AJ Auxerre, en grande forme puisque restant sur trois victoires consécutives lui permettant de sortir de la zone rouge, se présentera au stade Océane avec dans ses buts le bienaimé Zacharie Boucher. L'occasion pour le public havrais de redécouvrir enfin le chemin du stade ? On le souhaite ! Le HAC a retrouvé ses valeurs, le HAC s'appuie sur des jeunes, Havrais de surcroît, le HAC est désormais agréable à voir jouer. Alors on met sa déception (légitime) de côté et on retourne au stade voir du ballon, de l'enthousiasme, et garnir les travées d'une enceinte où il est tellement agréable d'évoluer quand elle est un peu remplie et animée...

 

 

Brest - HAC 18

Un parcage havrais sous le soleil, rare à Brest...

Brest - HAC 18

Brest - HAC 18

Cédric Cambon

Brest - HAC 18

Issam Chebake

Brest - HAC 18

Brest - HAC 18

Brest - HAC 18

Discours de Fabien Farnolle juste avant le coup d'envoi

Brest - HAC 18

Issam Chebake

Brest - HAC 18

Steven Fortes

Brest - HAC 18

Issam Chebake, Thomas Ayasse

Brest - HAC 18

Ebenezer Assifuah

Avranches - HAC Gambardella 19

Le KCM présent à Brest samedi et à Avranches dimanche pour la qualif des U19 en Gambardella.

 

Posté par oliviakcm84 à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,