KOP CIEL ET MARINE 84

18 septembre 2017

Le KCM partenaire du USST488

A l'occasion des Journées européennes du Patrimoine, le KCM a effectué une visite sur le remorqueur USST 488, amarré quai Renaud, témoin de la restauration du Havre après la Seconde Guerre mondiale.

Cette visite s'inscrivait dans le cadre d'un partenariat signé prochainement entre le KCM et l'association de passionnés s'occupant de la restauration de ce bateau de la flotte américaine, mis en service en 1944. Nous vous invitons d'ailleurs à découvrir l'histoire de ce remorqueur sur sa page Facebook Remorqueur USST 488.

Ce partenariat s'inscrit dans l'intérêt que le KCM a toujours porté à notre ville et à son patrimoine. Nous vous parlerons régulièrement de ce remorqueur et des activités de l'association s'en occupant.

 

Visite du remorqueur USST 488 16

Visite du remorqueur USST 488 16

Visite du remorqueur USST 488 16

Visite du remorqueur USST 488 16

 

Posté par oliviakcm84 à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 septembre 2017

Le HAC reste en rade

Vendredi 15 septembre 2017, L2, 7e j. : Brest - HAC : 1 - 0 (0 - 0)

Comme d'habitude, on s'est dit qu'on ne nous y reprendrait plus, que, cette fois, on ne se ferait pas avoir, que c'était terminé, fini, qu'on ne reviendrait pas sur cette décision : on ne mettrait plus les pieds au stade Francis-Le Blé ! C'était le 18 février dernier, après une défaite (illogique) contre le Stade Brestois qui s'était fait bouger par le HAC mais avait fini par s'imposer 2 à 0. Pour une fois, il avait fait beau. Pour une fois.

Parce que la plupart du temps, le crachin breton nous accueille et prend un malin plaisir à se transformer en pluie battante, trempant les supporters adverses parqués dans une tribune sans toit (ne faut-il pas être un peu mal intentionné pour bâtir une tribune non couverte en Bretagne ?). Prévert l'avait compris avant nous, "Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là". Comme vendredi.

Alors oui, on avait dit qu'on ne nous y reprendrait plus, mais on a repris la route du Finistère. Evidemment. Treize en parcage, six KCM, six BH, un expatrié. A se faire les mêmes réflexions. Mais à chanter presque sans cesse, au rythme d'une pluie s'abattant sur nous à peine le coup d'envoi fictif donné (par Patrick Martet, l'ancien avant-centre du Stade Brestois, mais surtout du HAC de 81 à 84 puis en 88-89, 63 buts au compteur pour nos couleurs !).

On a donné de notre personne, de nos cordes vocales. Luttant avec Thuram, avec Bain, avec Fontaine et tous les autres. Jusqu'à cette 89e minute fatale où Diallo sauta plus haut que tout le monde pour catapulter les ballons dans les filets havrais. Rageant. Même si la domination brestoise en termes d'occasions dans les vingt-cinq dernières minutes ne rend évidemment pas cette victoire illogique. Nos Hacmen furent auteurs d'une bonne première période mais parfois trop lents ou trop maladroits dans la transmission du ballon aux abords de la surface de réparation bretonne. Volontaires, batailleurs, lutteurs, engagés lorsqu'il fallut mettre le bleu de chauffe en seconde période. Une seconde période qui vit cette action en solitaire d'Assifuah trouvant la barre transversale. Evidemment, cela aurait tout changé... Mais ensuite, le HAC recula, subit, et finit par craquer, ne tenant plus le ballon, ne pesant plus offensivement. Il manquait deux minutes. Et la pluie, qui s'était calmée, se remit à tomber. Alors, on ne put s'empêcher de songer à Prévert : "Il pleut sans cesse sur Brest comme il pleuvait avant, mais ce n'est plus pareil et tout est abîmé". Il avait tout compris, ce Prévert, même que Brest ne nous réussit décidément pas. Mais on y reviendra tout de même. Par amour de notre HAC. Comme nous serons au stade Océane mardi pour la réception de Sochaux. Un match qu'il faut absolument remporter pour remettre la machine en route.

Brest - HAC 15

Le stade Francis-Le Blé vu du haut du parcage

Brest___HAC_15

Au centre, le jeune Rafik Guitane qu'on aurait bien aimé voir. C'était sa première apparition sur une feuille de match de L2.

Brest - HAC 15

Brest - HAC 15

Brest - HAC 15

Patrick Martet

Brest - HAC 15

L'objectif de l'appareil se glisse entre deux barreaux. Pas nos yeux, gênés par un double grillage... C'est chouette, Brest...

Brest - HAC 15

Alexandre Bonnet

Brest - HAC 15

Brest - HAC 15

A l'abri pendant la pause...

 

Posté par oliviakcm84 à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 septembre 2017

En leaders !

Cinq journées de L2, quatre victoires ! Qui n'aurait pas signé pour un tel bilan ? Vous, qui vous cachiez derrière votre PC après les matches de préparation, dénigrant à la fois le recrutement et la façon de faire du staff, avez appris la définition de "préparation"... Eh oui... Nous n'oublierons pas non plus ceux qui attendaient le HAC au tournant et qui ont joué aux grincheux après la défaite concédée à Nîmes. Mais on ne vous en veut pas (quoique...), on sait (parce qu'on le vit !) qu'il n'est pas facile d'être supporter du HAC, plus particulièrement depuis le début des années 2000.

Loin de nous l'idée de donner des leçons. Ni même celle de s'enflammer, surtout pas ! La vérité d'un jour est rarement celle du lendemain en foot. Derrière cette phrase un peu bateau se cachent bien des réalités, des déceptions, des baisses de moral... Alors, on garde son calme, on respire un bon coup... et on savoure.

Parce que, tout de même, le HAC est leader ! Depuis 70 ans, le club n'avait plus remporté ses quatre premiers matches de championnat. Et, au-delà de ce constat, il faut mettre en avant que ces quatre victoires sont méritées, accomplies, proprement ficelées. Car les chiffres parlent, ils sont même fortement bavards concernant la situation des Ciel et Marine : leaders avec 12 points sur 15, meilleure attaque du championnat (11 buts inscrits), meilleure défense ex aequo (2 buts encaissés), tandis qu'Ebenezer Assifuah est meilleur buteur (4 buts, ex aequo avec le Sochalien Martin), Nathaël Julan en ayant de son côté marqué 3, et que Zinedine Ferhat est le meilleur passeur (5). Et, par dessus tout, et c'est peut-être ce qui nous touche le plus, le HAC pratique un jeu plaisant, presse, va chercher son adversaire, ne lâche rien. Un bonheur à regarder ! Et pour se le prouver, il n'y avait qu'à observer les visages radieux des spectateurs après les matches, notamment ceux à domicile...

Nous avons une belle équipe havraise, composée de plus, en partie, de nombreux jeunes, dont certains issus de la Cavée et originaires du Havre, et de joueurs portant depuis longtemps nos couleurs. Il serait temps d'en prendre conscience et d'arrêter de dénigrer au premier petit raté. La défaite à Nîmes était logique, le HAC perdra d'autres matches dans la saison, mais, avec l'état d'esprit dont il a fait preuve depuis la reprise, il en gagnera bien d'autres et donnera du plaisir à ses supporters. Alors, on profite de ces séduisants ciel et marine et on va les encourager vendredi au stade Océane contre Orléans ! Ce serait dommage, compatriotes havrais, de rater ce HAC joueur, offensif, et qui distribue du bonheur !

salamandredrapeau

Comme notre petite salamandre KCM, soyez fiers de vos couleurs !

Un grand merci à Stéphanie Dubut pour ce joli dessin.

 

Posté par oliviakcm84 à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 août 2017

Juste un accroc

Mardi 22 août 2017, Coupe de la Ligue, 2e tour : Tours - HAC : 0 - 0 (7 tab à 6)

La coupe de la Ligue n'est pas notre compétition préférée, on le sait, et pas seulement à la lecture des résultats des différentes saisons. Les clubs (et les supporters) affirment souvent que ces rendez-vous n'ont pas le charme de la coupe de France et qu'ils alourdissent le calendrier. Seul l'aspect lucratif est finalement mis en avant (et la qualif en coupe d'Europe, mais cela, évidemment, ne nous concerne pas encore et de toute manière la LFP fait tout pour protéger les "gros" qui n'entrent en jeu que plus tard !). Cet aspect lucratif n'avait en tout cas pas échappé aux tenanciers de la buvette du Tours FC avec des verres de coca de 20 cl à 3 €... Et comme il faisait très lourd et que nous étions en plein soleil, la vente a fort bien fonctionné...

Un détail, bien sûr, dans cette soirée qui vit l'élimination de nos Havrais, pourtant supérieurs aux Tourangeaux, surtout en seconde période. Oswald Tanchot avait, en toute logique, fait tourner ses joueurs, titularisant entre autres les jeunes Lia et Ozdemir pour en tout six changements par rapport à l'équipe ayant débuté face à Valenciennes vendredi dernier. Les Tourangeaux se créèrent certes quelques occasions en première mi-temps, toutes enrayées par un brillant Thuram, cependant le HAC ne plia pas et eut lui aussi les moyens d'ouvrir le score, permettant alors à Kacou, le portier local, de s'illustrer tour à tour devant Julan puis Bonnet, tandis que Keita trouvait lui le poteau.

En seconde période, et toujours sous les encouragements des quatre KCM que nous étions (et nous n'avons rien lâché du début à la fin dans ce stade peu garni et terriblement triste), le HAC accéléra. Tanchot incorporait tour à tour Ferhat et Fontaine. Julan encore, Bese, Moukoudi auraient pu débloquer le compteur, puis surtout Assifuah, entré quelques minutes avant, dont Kacou, encore lui, détourna la frappe à la dernière seconde du match. Le Ghanéen s'en voulut d'ailleurs terriblement, restant un long moment allongé hors du terrain après le coup de sifflet final.

C'était donc l'heure des tirs au but, cette fameuse épreuve nous ayant souri deux semaines auparavant. Par chance, cette séance eut lieu devant nous. Nous vîmes donc tour à tour Ayasse, Moukoudi, Traoré, Ferhat, Julan et Louiserre tromper le gardien tourangeau. Le score était de 6 à 6 quand Pasky Fontaine s'avança mais, comme vous le savez certainement, il vit son tir repoussé. Miguel trompa ensuite Thuram et c'est ainsi que s'acheva le parcours du HAC en coupe de la Ligue 2018.

Un mal pour un bien ? Peut-être. La saison est longue et si le club veut jouer les premiers rôles en championnat, la coupe de la Ligue n'est pas nécessaire. Même si la perspective d'un tour supplémentaire, celle de peut-être recevoir un club de L1 et de faire plaisir aux Havrais était très loin de déplaire. Même s'il aurait été intéressant de poursuivre sur la même lancée encore un peu. Tant pis, on n'en fera pas un drame, d'autant plus qu'on est un peu habitués... L'important désormais est de prouver que cette élimination (qui n'était pas non plus une défaite) n'est qu'un simple accident de parcours, un petit accroc, et qu'elle restera au rang anecdotique. Les Ciel et Marine ont du caractère, on l'a vu, du talent aussi, et on compte sur eux pour rapporter du positif de Nîmes. Il sera ensuite temps de dresser un premier bilan, assurément bon, de ce premier mois de la saison.

 

Tours - HAC 22

 Alexandre Bonnet

Tours - HAC 22

Teddy Lia

Tours - HAC 22

Abdoulaye Keita

Tours - HAC 22

Trois des quatre KCM (en tout, il y avait 26 Havrais dans le parcage)

Tours - HAC 22

Tours - HAC 22

Alexandre Bonnet (à gauche, l'ex-Hacman Cyriaque Louvion)

Tours - HAC 22

Au second plan, Ozer Ozdemir

Tours - HAC 22

Zinedine Ferhat. On remarque au passage que les maillots havrais étaient sponsorisés par Pitois Traiteur,

entreprise havraise proprité de l'ancien vice-président du KCM, Grégory Pitois.

Tours - HAC 22

Nathaël Julan

Tours - HAC 22

Dylan Louiserre

Posté par oliviakcm84 à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 août 2017

Sous le signe de l'émotion

Vendredi 18 août 2017, L2, 4e j. : HAC - Valenciennes : 1 - 0 (0 - 0)

Avant lundi, nous avions prévu pour ce HAC - Valenciennes quelques animations très festives, au diapason du classement du HAC et du festival de buts auquel nous assistons depuis le début de saison. Et puis, lundi soir, tout a basculé. L'annonce du décès de Jean-Claude Lorette a bouleveresé nos plans, nos idées, et surtout nos coeurs. Il était impensable à l'ensemble des supporters havrais de ne pas rendre hommage à notre interlocuteur du temps de Deschaseaux, à un homme qui a donné beaucoup, au propre comme au figuré, à notre club favori.

Alors on s'est mis au boulot, KCM et BH à l'unisson, on a eu peur de ne pas y arriver, on y a passé énormément de temps... Mais qu'étaient ce temps et cette énergie par rapport à ce que nous avait apporté M. Lorette... Le résultat, que vous pouvez voir en photos ci-dessous, était à la hauteur de nos espérances et a touché Mme Lorette, qui a d'ailleurs transmis par l'intermédiaire d'Alain Caldarella ses remerciements aux participants. Son époux méritait grandement un tel hommage, il aurait même mérité plus grandiose, plus immense, mais nous avons vraiment fait de notre mieux avec nos moyens, et surtout avec une grande envie et beaucoup de passion.

La minute de silence fut totalement respectée, même du côté des supporters valenciennois, les feuilles parfaitement levées. A la 77e minute, comme nous l'avions décidé, la minute d'applaudissements fut parfaitement suivie et le public ne rechigna pas à déployer les banderoles, dont la nôtre : "Nous vous devons tellement... M. Lorette à jamais dans le coeur du KCM". Bref, un bel hommage, sans fausse note, tel que nous l'avions imaginé. Et dans nos esprits, une victoire ne pouvait être indissociable de cette soirée.

Elle fut longue à se dessiner. Mais les Ciel et Marine surent se montrer patients, dégageant la sérénité de ceux qui sont sûrs d'eux. Extrêmement dominateurs en première période, acculant les Valenciennois à leur but, les Hacmen auraient dû rentrer au vestiaire avec quelques buts d'avance, et pas seulement à cause du penalty manqué par Ferhat à trois minutes de la pause. Et la seconde période ne fut pas différente. Sans une certaine maladresse, sans un grand Perquis aussi, les Havrais auraient enfoncé quelques ballons au fond des filets. Ils manquèrent même de peu de marquer durant la fameuse 77e minute ! Mais ce but inscrit par Mateta à la 86e, au prix d'un raid solitaire après un ballon récupéré magistralement par Ferhat (quel pressing !) vint enfin sceller cette victoire tant espérée, la quatrième en quatre matches de championnat... Mateta ouvrant son compteur et bénéficiant du travail de sape que Julan avait effectué 80 minutes, soit l'inverse de la semaine passée au Paris FC. Un Mateta heureux, puis malheureux de sortir blessé (entorse de la cheville) peu après, Assifuah ayant célébré ce but un peu trop violemment en allant plaquer de façon peu académique son jeune coéquipier...

Le point final de cette soirée fut donné par le jeune Moukoudi, micro à la main devant le kop, dédiant la victoire à M. Lorette. Un geste de classe de la part de tout un groupe, merci Messieurs. Un geste qui toucha tous les supporters. Hier soir, l'histoire fut très belle. Et l'on n'oubliera pas de saluer Alain Caldarella, ému pour son dernier match au stade Océane, ému par la disparition de celui qu'il appelait son mentor. Alain, nous te remercions pour tout ce que toi aussi tu nous as donné. Tu as été le digne successeur de ce grand homme que fut M. Lorette.

Au-delà de tout l'aspect émotionnel, on notera que cette victoire fut encore différente de celles engrangées précédemment. A l'allant, à l'enthousiasme, à la solidarité, au caractère, le HAC ajoute donc la patience parmi ses atouts... Une belle palette que nous avons hâte d'observer la semaine prochaine, tout d'abord mardi à Tours pour la coupe de la Ligue puis vendredi à Nîmes.

 

 

36495137242_18e1edce46_k

 

HAC - Valenciennes 18

HAC - Valenciennes 18

A droite, Barnabas Bese

HAC - Valenciennes 18

HAC - Valenciennes 18

HAC - Valenciennes 18

HAC - Valenciennes 18

Yohann Thuram

HAC - Valenciennes 18

Ebenezer Assifuah

HAC - Valenciennes 18

HAC - Valenciennes 18

Bese, Moukoudi, Bain

HAC - Valenciennes 18

Nathaël Julan

HAC - Valenciennes 18

Jean-Pascal Fontaine

HAC - Valenciennes 18

Amos Youga

HAC - Valenciennes 18

Yacouba Coulibaly

20953640_10212161960398274_4659933835204066103_n

Merci à Mme Caldarella pour cette photo

HAC - Valenciennes 18

Après le but

HAC - Valenciennes 18

HAC - Valenciennes 18

HAC - Valenciennes 18

Harold Moukoudi

HAC - Valenciennes 18

Alain Caldarella

Posté par oliviakcm84 à 21:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15 août 2017

Hommage à M. Lorette

C'est avec une infinie tristesse que nous avons appris hier soir l'annonce du décès de M. Jean-Claude Lorette, responsable de la sécurité et de l'organisation au stade Jules-Deschaseaux pendant près de trente ans. Incapables de réagir à chaud. Assommés par cette affreuse nouvelle. Dépités du temps qui passe et qui nous enlève ceux que l'on croit invincibles.

M. Lorette, nous l'aimions. Nous avions durant des années travaillé avec lui, échangé avec lui, discuté avec lui. Et parfois, nous nous étions engueulés aussi. Parce que M. Lorette était un homme de caractère et il arrivait souvent que le ton monte. Mais il respectait les supporters. Et nous le respections énormément. Pour lui, la parole donnée était ce qui importait et nous aimions cette façon de faire que nous avons d'ailleurs retrouvée avec son successeur Alain Caldarella.

Au-delà de son engagement auprès de nous, supporters, il était évidemment un des piliers des dirigeants du HAC, allant bien au-delà des missions qui lui étaient confiées. Le club entier lui doit beaucoup, les associations de supporters lui doivent beaucoup. Vendredi, l'hommage que la Fédération des supporters du HAC lui rendra sera, nous l'espérons en tout cas, à la hauteur de son investissement, de sa foi en nous, de sa générosité envers chacun de nous.

Ce temps qui passe et l'inévitable fin ne nous feront en tout cas jamais, mais alors jamais oublier M. Lorette.

402d4768a4991f009963677dd3e4387b

7235870382_9575677edb_k

7235583514_5b6a714725_k

Photos : Emmanuel Lelaidier pour la première, Malory Grancher pour les deuxième et troisième

Posté par oliviakcm84 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 août 2017

C'te folie !

Vendredi 11 août 2017, L2, 3e j. : Paris FC - HAC : 0 - 3 (0 - 1)

 Peut-être que l'on va commencer à manquer de superlatifs... Mais on ne va certainement pas se plaindre ! Car ce que le HAC nous fait vivre en ce moment est absolument fabuleux : trois victoires en trois journées de championnat, ce qui n'était pas arrivé depuis l'extraordinaire saison 1958-59 (doublé championnat de deuxième division et coupe de France). Sans compter, évidemment, la magnifique qualification en coupe de la Ligue mardi dernier. Oui, le HAC gagne, mais gagne avec la manière, en marquant beaucoup de buts (dix en championnat au bout de trois matches), en n'encaissant pas beaucoup (un seul jusque-là), en jouant haut, en faisant preuve de solidarité... et de talent. 

Talents individuels, bien sûr, cela saute aux yeux. Assifuah est proprement irrésistible (meilleur buteur du championnat avec quatre buts), tout comme Ferhat (meilleur passeur avec quatre passes décisives !), ou encore le jeune Julan (déjà trois buts). Mais pas seulement. Car il y a un vrai talent collectif. Ces joueurs, et pas seulement ces trois-là mais toute l'équipe, font preuve d'une activité inlassable, et c'est ce qui frappe le plus les supporters. L'envie, le pressing, le mouvement, la couverture, dont on plaignait souvent l'absence la saison passée, sont désormais appliqués à la lettre.  Avec les résultats que l'on sait. Et que l'on apprécie ô combien. Il n'y avait qu'à voir et entendre les quelque deux cents supporters havrais (un car, beaucoup de voitures et quelques "expatriés" vivant en région parisienne) que nous étions hier en parcage au stade Charléty. Nous avons fini quasiment aphones, mais ivres de bonheur, avec quelques étoiles dans les yeux et beaucoup d'images de joie dans la tête.

Même si hier tout ne fut pas si simple. La première période fut dominée de la tête et des épaules par les Ciel et Marine - évoluant pour l'occasion dans leur superbe maillot blanc - qui menèrent logiquement à partir de la 27e minute grâce à Assifuah et à une reprise de volée à montrer dans les écoles : chef d'oeuvre d'équilibre et de puissance après un démarquage vivace et d'une efficacité imparable. Une première mi-temps pratiquement à sens unique qui aurait pu et dû se conclure par un score plus large, Assifuah, Mateta, et surtout Bonnet se créant de belles occasions.

La seconde période fut tout autre, même si Mateta donna le ton d'une magnifique tête détournée miraculeusement par le gardien parisien. Les locaux, dans ce stade vide où il doit être difficile d'évoluer pour eux malgré le soutien de deux petits groupes de supporters ayant bien du mérite, poussèrent, eurent un but refusé sur corner (le ballon était largement sorti), puis chauffèrent les gants d'un Thuram dégageant une grande assurance. Le HAC peinait, reculait, n'arrivait pas à remettre le pied sur le ballon. Tanchot changeait alors son système (au passage, les Havrais évoluaient hier soir en 4-4-2), incorporant un milieu, Ayasse, en lieu et place d'Assifuah. Julan, qui avait remplacé Mateta, passsait seul en pointe. Et n'allait pas tarder à se signaler d'un joli petit piqué suite à un ballon de l'inévitable Ferhat. Le HAC faisait le break à dix minutes de la fin, avant de creuser définitivement l'écart dans les arrêts de jeu après un festival de Fontaine qui mettait dans le vent un lot de Parisiens avant de se faire sécher, mais Julan avait bien suivi et concluait victorieusement. 3 à 0, la messe était dite, et nous, en parcage, complètement bluffés et ravis, admiratifs et heureux, n'avions plus qu'à savourer ces trois points supplémentaires.

Historique, donc, ces trois victoires. On aime cela, on y prend goût, et on ne va pas bouder notre plaisir. Le carpe diem est de rigueur, pas l'enflammade. Le rêve est permis, pas l'anticipation. Alors nous, qui sommes très impliqués tous les ans dans le soutien de notre club, savourons. Nous sommes là pour célébrer ces victoires, nous serons là aussi quand cela ira moins bien... Si un jour cela va moins bien ! Non, ce n'est qu'une boutade, le HAC ne gagnera pas ses 38 matches (quoique...) mais, au risque de nous répéter, le plus important sont cet état d'esprit, cette envie et cette solidarité. Parce qu'ils conditionneront tout, notamment la suite des événements. Et cette suite est pour le moment la venue de Valenciennes vendredi au stade Océane. On espère que les Havrais suivront, comprendront qu'il se passe quelque chose. On vous attend en tout cas nombreux, avec la même envie qu'un Youga, la même conviction qu'un Thuram, le même enthousiasme qu'un Coulibaly ! Les amis, ça bouge au HAC, c'est plaisant, ça donne du bonheur, alors ne ratez pas cela !

 

Paris FC - HAC 11

Paris FC - HAC 11

Paris FC - HAC 11

Paris FC - HAC 11

Suivre un match de foot dans un stade d'athlétisme, pas simple...

Paris FC - HAC 11

 Zinedine Ferhat

Paris FC - HAC 11

Jean-Philippe Mateta

Paris FC - HAC 11

Yacouba Coulibaly

Paris FC - HAC 11

La magnifique reprise d'Ebenezer Assifuah offrant le premier but aux Havrais

Paris FC - HAC 11

Ebenezer Assifuah

Paris FC - HAC 11

Alexandre Bonnet

Paris FC - HAC 11

Paris FC - HAC 11

Paris FC - HAC 11

 

Posté par oliviakcm84 à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 août 2017

La Coupe à coeur !

Mardi 8 août 2017, Coupe de la Ligue, 1er tour : HAC - Nîmes : 4 - 4 (0 - 2), 5 tab à 4

Nous ne sommes pas prêts. Pas prêts à encaisser de tels chocs émotionnels ! Un HAC, mené 2 à 0 à la pause après avoir réalisé une première période plutôt terne face à des Nîmois plutôt fringants, qui inverse la tendance en inscrivant quatre buts entre la 67e et la 77e minute avant de s'incliner par deux fois aux 89e et 93e, puis qui se qualifie brillamment aux tirs au but, sans trembler, à l'image d'un Yohann Thuram détournant le tir de Ripart. Une soirée de folie !

Une soirée comme on les aime, le genre à créer des souvenirs, à fédérer autour d'une équipe, de joueurs ayant fait preuve à la fois de caractère et de sérénité, de force mentale et de maîtrise, de solidarité et de technicité.

Il fallait toutes ces qualités pour venir à bout des Crocos qui avaient donc mordu dans ce premier tour de Coupe de la Ligue avec appétit, prenant le large devant des Havrais maladroits. Mais seulement durant 45 minutes. Eh oui, un match a deux périodes, les siffleurs de la pause se le rappelleront peut-être la prochaine fois et seront alors plus tolérants avec une équipe havraise peu en verve à ce moment-là mais qui ne méritait pas une bronca. Surtout quand elle compte dans ses rangs quelques "débutants" issus de la Cavée. Mais la patience n'est pas une vertu du public du stade Océane...

Peu importe, tout changea en seconde période. Beaucoup plus inspirés, nos Ciel et Marine allaient faire parler la poudre. Pour cela, il fallait le détonateur, l'un des hommes en forme du moment : Ebenezer Assifuah. Impressionnant, ce petit Ghanéen... Puissant, il mit le feu et, une petite minute après son entrée en jeu, provoqua par son centre le premier but havrais inscrit par Ferhat (67e). C'était ensuite au grand Nathaël Julan de se mettre en évidence, égalisant en suivant bien une frappe de Ferhat repoussée par le portier nîmois (72e), avant de permettre aux Havrais de prendre l'avantage en devançant son adversaire sur un centre de Ferhat (encore lui !) à la 76e. Puis Dylan Louiserre envoyait le bijou de la soirée d'une magnifique reprise de demi-volée après une remise de Teddy Lia (lequel, remplacé peu après, reçut une énorme ovation) ! Pas le temps de respirer, pas le temps de reposer les drapeaux, pas le temps de redescendre en pression, nous, supporters étions en apnée, limite suffocation, complètement incrédules devant ce qui se déroulait sous nos yeux... Un bonheur inouï. Eh oui, il n'y a que le sport pouvant provoquer une émotion aussi intense...

Et comme en sport rien n'est jamais écrit, le score de 4 à 2 n'en resta pas là... Un coup franc généreux et Savanier permettait d'un magistral coup de pied - pourtant anticipé par Yohann Thuram - à ses coéquipiers de revenir à 4 - 3 à la 89e. Puis M. Petit s'en mêla. Ozer Ozdemir, victime de crampes après avoir tout donné, restait à terre sans que l'arbitre ne bronche. Thuram essayait de dégager en touche pour faire soigner le jeune Havrais mais Paquiez empêchait le ballon de sortir et relançait l'action avec, au bout, un corner. L'arbitre faisait sortir Ozdemir, le HAC se retrouvait donc à dix... et Briançon égalisait de la tête (93e). Fin du temps réglementaire.

Les Ciel et Marine allaient-ils s'affoler ? Allaient-ils perdre leurs moyens ? Rester sur cette déception ? Mais non, ils gérèrent les tirs au but de manière magistrale, avec sang-froid. Consécutivement, Youga, Bain, Ferhat trompèrent Sourzac. De leur côté, les Nîmois (qui avaient engagé la série), avec Savanier, Alioui et Depres avaient aussi réalisé le sans-faute. Mais le grand Thuram, pas loin de l'exploit sur deux frappes, allait l'obtenir sur celle de Ripart dans un stade en délire ! Puis Traoré trompait imparablement Sourzac, le Nîmois Thioub réussissait lui aussi. Et Nathaël Julan se présenta, tranquille, imperturbable, sûr de lui, comme toujours. Il ne trembla pas pour envoyer le HAC au deuxième tour !

Comme vendredi, le stade Océane chavira. Comme vendredi, la communion supporters-joueurs fut grandiose (avec, leurs coéquipiers ne leur en voudront pas et ne nous en voudront pas non plus, en vedettes les jeunes Ozdemir et Lia, que nous avons fêtés comme il se doit pour leur première titularisation). Comme vendredi, les spectateurs ressortirent avec le sourire, le plaisir d'avoir connu de l'émotion. Huit buts en deux matches à domicile (et de plus devant nous !), deux scénarios ahurissants, que demander de plus ? Cette équipe fait plaisir à voir, par sa solidarité, son envie de ne rien lâcher, et elle nous prouve (et se prouve à elle-même) que tout est possible. Nous n'étions pas prêts ? Mais si, nous sommes prêts, bien évidemment, à le vivre, nous n'attendons même que cela ! Ne changez rien, les gars, gardez votre générosité, votre courage, votre état d'esprit. Et s'il n'y a pas quatre buts à chaque match, pas d'inquiétude, on vous pardonnera...

 

HAC___N_mes_coupe_de_la_Ligue_08

HAC___N_mes_coupe_de_la_Ligue_08

Belle affiche en ce premier tour de Coupe de la Ligue : le HAC contre le HAC !

HAC___N_mes_coupe_de_la_Ligue_08

 Pasky Fontaine capitaine

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

C'est lourd un drapeau trempé...

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Ozer Ozdemir

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Harold Moukoudi, sorti à la mi-temps pour un coup reçu à la hanche

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Dylan Louiserre de retour sous nos couleurs ! Et quel retour...

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Thomas Ayasse, Harold Moukoudi

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Ozer Ozdemir

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Teddy Lia sous le déluge

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Dénys Bain, douché lui aussi (ça va, on peut les faire aussi les jeux de mots foireux !)

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Teddy Lia

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Jean-Pascal Fontaine

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Dylan Louiserre

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Yacouba Coulibaly

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Eh oui, il l'aime, son club, le petit Ozer !

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Nathaël Julan

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Yohann Thuram

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Pendant la séance de tirs au but

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Le tir au but de Baba Traoré fut superbe de maîtrise

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Natha Julan avant la conclusion...

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Natha Julan après la conclusion ! Avec Zinou Ferhat et Ebenezer Assifuah

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Pasky Fontaine et Alex Bonnet

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Au centre, Teddy Lia et Ozer Ozdemir

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Charismatique, Yohann Thuram

HAC - Nîmes coupe de la Ligue 08

Ozer Ozdemir, Amos Youga

 

Posté par oliviakcm84 à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 août 2017

Des Havrais séduisants

Vendredi 4 août 2017, L2, 2e j. : HAC - Auxerre : 4 - 1 (0 - 1)

Alors que chacun le comprenne bien avant de s'épancher dans les réseaux sociaux : personne, du moins ici, ne s'enflamme. Pourquoi s'enflammer après deux journées ? En bons supporters de base que nous sommes, nous savons pertinemment le caractère indécis et parfois fantasque du football qui fait que la vérité d'un jour est rarement celle du lendemain. Seulement, personne ne nous fera bouder notre plaisir. Deux matches, deux victoires, sept buts inscrits, un seul encaissé : comment rêver meilleur démarrage ? Donc, nous savourons ce moment, ce classement, le plaisir d'entendre à la radio "le leader Le Havre", et nous avons raison ! Cela ne signifie pas se croire déjà en L1. Comme les défaites en matches de préparation ne signifiaient pas que les Havrais avaient perdu toutes leurs qualités de footballeurs. Un peu de mesure ne fait de mal à personne...

Au-delà des résultats, du classement, des faits de jeu aussi lors de ce match face à Auxerre, nous retiendrons l'état d'esprit de l'équipe ciel et marine. Solidarité, plaisir, jeu semblent être les maîtres mots. Et si cela perdure, si cela est cultivé, si chacun est conscient des efforts à fournir, nous risquons de vivre des moments agréables... Comme la soirée d'hier ! Alors oui, le HAC a évolué en supériorité numérique durant plus d'une demi-heure, à onze contre dix puis à onze contre neuf. Si la première expulsion, celle de Polomat, peut paraître sévère, celle de Sané est logique : il a perdu ses nerfs, a applaudi l'arbitre alors qu'il venait de recevoir un avertissement, à quoi devait-il s'attendre ? Il a pénalisé son équipe, tout simplement, comme cela est déjà arrivé à certains Hacmen par le passé, comme cela arrive dans toutes les équipes. On ne saura jamais quel aurait été le résultat final à onze contre onze. La première mi-temps avait vu les Auxerrois (fort belle équipe) globalement dominer sans toutefois se montrer trop dangereux mais c'était cependant Philippoteaux qui avait ouvert le score (27e) et malgré les réactions havraises du dernier quart d'heure, la pause était sifflée sur le score de 1 à 0 pour les coéquipiers de Zacharie Boucher (qui fut, et heureusement, applaudi par le public havrais, lequel n'oublie pas ses enfants).

Dès la reprise, le HAC accéléra, poussa, pressa, puis il y eut cette expulsion de Polomat (57e). Suivie de l'égalisation havraise par un Assifuah intenable (67e). Suivie de l'expulsion de Sané (78e). Suivie - accélérons - du deuxième but d'Assifuah sur un bon service de Julan (85e), du troisième but havrais magnifique signé Julan (87e), de la frappe de Ferhat concluant la marque (89e) ! Un scénario incroyable, des rebondissements faisant se lever le stade et vibrer, s'enthousiasmer, prendre du plaisir ! Cela faisait quelque temps que le kop n'avait pas ainsi remué et que la communion avec les joueurs en fin de rencontre n'avait pas atteint ce point. Le genre de soirée qui donne envie de revenir...

Au passage, n'oublions pas de saluer la première apparition en L2 du jeune Havrais Ozer Ozdemir qui remplaça Barnabas Bese, blessé, juste avant l'égalisation havraise. La Cavée travaille (bien), soyons en fiers !

Et maintenant ? Comme écrit plus haut, tant que l'équipe montrera un tel visage, et quels que soient les résultats, nous, supporters, répondrons présent. En attendant, nous espérons que l'état de grâce se prolongera le plus longtemps possible... Le stade Charléty du Paris FC nous accueillera (on le souhaite en nombre) vendredi, mais en attendant, place ce mardi à la "Coupe Moustache" avec la réception de Nîmes. Un intermède Coupe de la Ligue qui ne nous réussit pas souvent mais sait-on jamais... En tout cas, nous ne bouderons pas là non plus notre plaisir si la qualification est au bout !

 

HAC - Auxerre 04

HAC - Auxerre 04

Zinedine Ferhat

HAC - Auxerre 04

Ebenezer Assifuah

HAC - Auxerre 04

Jean-Philippe Mateta

HAC - Auxerre 04

Barnabas Bese

HAC - Auxerre 04

Coup franc de Jean-Pascal Fontaine

HAC - Auxerre 04

Harold Moukoudi et Dénys Bain : ces deux gaillards sont déjà impressionnants, alors quand ils ont cet air-là...

HAC - Auxerre 04

Zinedine Ferhat

HAC - Auxerre 04

Yacouba Coulibaly

HAC - Auxerre 04

Nathaël Julan

HAC - Auxerre 04

Nathaël Julan vient d'inscrire le troisième but

HAC - Auxerre 04

HAC - Auxerre 04

Au centre Ozer Ozdemir, heureux après sa première apparition en L2

HAC - Auxerre 04

MC Moukou !

HAC - Auxerre 04

Des images qu'on espère revoir très vite !

 

Posté par oliviakcm84 à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 juillet 2017

Préparation en cours...

Mardi 11 juillet 2017, Tourville-la-Rivière, match de préparation : HAC - Paris FC : 1 - 3 (0 - 1)

De retour de son stage intensif à Ploufragan, et après un match nul (1 - 1) réalisé samedi à Lamballe face au Stade Brestois, le HAC affrontait hier à Tourville-la-Rivière l'équipe du Paris FC (National 1). Encore une large revue d'effectif et évidemment impossible de tirer telle ou telle conclusion de cette opposition, si ce n'est que les Havrais manquent de rythme et sont encore en pleine préparation physique, celle-ci se révélant autrement plus ardue que celle de la saison dernière (et c'est tant mieux !). Rappelons que l'important est d'être prêt pour la reprise du championnat...

Le HAC fut mené rapidement (6e) mais eut du mal à réagir, malmené par des Parisiens très en jambes. Oswald Tanchot effectua quatre changements à la pause, puis six autres à l'heure de jeu, cette dernière demi-heure s'avérant la plus productive pour les Ciel et Marine, mais, paradoxalement, ils encaissèrent deux buts supplémentaires lors de cette période (71e et 84e), ayant toutefois réduit le score par le rapide Teddy Lia (74e).

Vendredi 14 juillet aura lieu le traditionnel "Trophée des Normands" face à Caen. Comme souvent, ce sera en Basse-Normandie, à Bayeux (18h). Pour info, le prix des places est de 12 € en tribune et 6 € en pourtour.

HAC (1ère mi-temps) : Sissoko - Ozdemir, Bain, Cambon, Traré - Ayasse, Louiserre, Youga - Ferhat, Assifuah, Gory.

HAC (2e mi-temps) : Sissoko - Danger, Moukoudi, Cambon, Traoré - Ayasse, Louiserre, Youga - Gory, Mateta, Lia.

HAC (à partir de la 60e) : Sissoko - Bese, Moukoudi, Danger, Ozdemir - Fontaine, Soula, Gueye - Bonnet, Mateta, Lia.

HAC - Paris FC 11

Baba Traoré

HAC - Paris FC 11

Oumar Sissoko

HAC - Paris FC 11

Ayasse, Bain, Ozdemir, Ferhat

HAC - Paris FC 11

Alimami Gory

HAC - Paris FC 11

Bradley Danger

HAC - Paris FC 11

Moukoudi, Louiserre, Youga

HAC - Paris FC 11

Alimami Gory

HAC - Paris FC 11

Teddy Lia

HAC - Paris FC 11

Pape Gueye, bien ceinturé...

HAC - Paris FC 11

Alexandre Bonnet

HAC - Paris FC 11

Jean-Philippe Mateta allant féliciter Teddy Lia après son but

HAC - Paris FC 11

Barnabas Bese

HAC - Paris FC 11

Jean-Pascal Fontaine

HAC - Paris FC 11

Mazire Soula

Posté par oliviakcm84 à 09:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,